La Belle Époque

J’ai suivi les récompenses attribuées lors des Césars 2020 ainsi que les polémiques dont certaines ont soulevés. Et, j’avais très envie de voir le dernier film de Nicolas Bedos. Il avait été récompensé par le César du meilleur scénario original. 

Victor, sexagénaire désabusé, se retrouve chamboulé lorsque Antoine l’invite à vivre une toute nouvelle attraction, à savoir se replonger dans l’époque de son choix. Il choisit alors de revivre la semaine qui a marqué sa vie. Celle où 40 ans auparavant il a rencontré le grand amour de sa vie, Marianne.

A l’heure actuelle, la situation entre Marianne et Victor n’est pas des plus belles. Ils évoluent chacun de manière opposée. Elle, elle évolue avec son temps. Elle s’adapte à la digitalisation et s’en réjouit. Elle adapte même son métier de psychanalyste. Lui, non. Il préférait les années passés. Le temps des dessins physiques. Le temps où l’on conduisait nous-même notre voiture et non l’inverse. Victor est nostalgique et cela énerve Marianne.

la-belle-epoque-1_6181710
Daniel Auteuil et Doria Tillier

On entre alors dans un autre monde. Une reconstitution historique des années 1970. La société « Les vogageurs du temps » d’Antoine nous emmène au café de La Belle Epoque. Ce café où tous deux se sont rencontrés. Là, où Victor a aimé Marianne au premier regard. Aux premiers mots qu’ils se sont adressés. Ce café où Victor rencontre aujourd’hui Margot. La comédienne chargée de jouer Marianne. Et qu’est-ce qu’il l’aime !

Daniel Auteuil et Fanny Ardent jouent spectaculairement bien. L’actrice s’impose avec ses répliques piquantes face à l’acteur dont l’authenticité fait rage. Il donne l’impression que l’on peut voir l’enfant qui sommeille en lui. Doria Tillier, elle, joue un rôle à multi-facettes. Une rôle de comédienne avec une grande force de caractère face à Guillaume Canet dont le personnage, Antoine, en est fou mais est pourtant si maladroit avec elle. Et ce mélange d’acteurs se marie très bien.

Le tableau qui s’offre à nous est incroyable. Il mélange théâtre, réalité et illusions. Certains moments paraissent flous tant on se mêle dans le vrai et le faux. Un signe de réussite. La belle époque s’inscrit comme une grande oeuvre. Une victoire pour Nicolas Bedos !

Marie

Un commentaire sur “La Belle Époque

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s