Plonger

Un mot. Un seul mot. Et pourtant, il renferme tant d’idées et d’interrogations. Est-ce que l’on va plonger dans un océan à la simple lecture de ce roman ? Combien de temps cette plongée va t-elle durer ? Et où allons-nous atterrir ? 

César aime sa femme Paz. Il l’aime ou il l’adore, peu importe, il en est fou. Seulement Paz est une artiste, une photographe, et elle étouffe en Europe. Elle, ce qu’elle souhaite c’est s’en aller, loin. Alors un beau jour elle décide de réellement partir, seule avec son appareil photo. Elle laisse derrière elle César et leur tout jeune fils Hector. Elle quitte la France pour le Maroc et ne donne que très peu de nouvelles. Puis un beau jour, César est appelé pour aller identifier son corps retrouvé nu, sans vie, sur une plage.

« Notre histoire était fracassée. Tu ne peux pas dire à quelqu’un que tu l’aimes, mais que tu pars. Ça ne tient pas. C’est ridicule. Quand on part, c’est qu’on ne s’aime plus. Point »

La plume de Christophe Ono-Dit-Biot possède une grande sensibilité et beaucoup de poésie. A la lecture de ce roman les émotions nous traversent. Elles ne nous laissent aucun répit. César est un journaliste qui a notamment permis à l’art de Paz de briller. Il l’aime d’un amour à vous faire jalouser tant il est totalement éprise de cette femme rebelle. Paz photographie des plages, des plages où il n’y a personne lui donnant ainsi de la vie. Elle ne voit pas le monde de la même manière. De plus, elle est admirative des requins. Elle en a même adopté un, Nour, qu’elle considère même comme son enfant. César lui, ne la comprend pas, plus.

« Il semble que l’être humain s’épuise aux yeux de l’autre comme s’épuisent les gisements d’or »

Ce roman met en évidence la différence entre deux personnes. Deux personnes qui s’aiment oui, mais où l’amour ne suffit pas toujours. Leurs différents sur le monde qui les entourent, sur ce qu’ils attendent chacun de la vie, d’eux, les éloignent alors un peu plus à mesure que l’on avance dans le roman. En 4 lignes, je dirais :

Plonger, parce que c’est la seule solution
Plonger, sans savoir vraiment où
Plonger, la seule chose à laquelle se raccrocher
Plonger, comme si ta vie en dépendait

Marie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s