Janet de Michèle Fitoussi

Michèle Fitoussi livre avec ce roman la biographie de Janet Flanner, une américaine féministe et libre. Le temps l’a oublié, mais l’auteure nous fait une petite piqure de rappel sur cette femme d’exception.

Janet Flanner a fui l’Indiana pour s’installer à Paris avec son amante Solita Solano, elle aussi écrivaine. Elle a vécu toute, ou presque, sa vie dans la capitale française où elle s’est épanouie au milieu des clubs d’artistes en vogue tels que Ernest Hemingway et Francis Scott Fitzgerald. Une femme entourée par des têtes bien pensantes, toujours accompagnée de Solita sa compagne, meilleure amie et d’une grande aide au cours de sa vie.

Janet a toujours voulu devenir écrivaine. Elle a commencé des manuscrits à de nombreuses reprises, mais échouait souvent à les écrire. Cependant, si elle échouait dans l’écriture de roman, elle est devenue l’une des plus grandes journalistes. Elle a été journaliste reporter à Paris pour le New Yorker, a d’ailleurs vu venir les dangers d’Hitler sur l’Europe et souhaitait faire son portrait. A l’époque, le New Yorker était un journal de divertissement ne faisant aucune politique. Avec le temps, elle a réussi à changer les mentalités et à écrire des articles engagés, faisant état de la politique en France notamment avec le général Charles de Gaulle.

« Elle qui mettait parfois deux ans pour écrire un article, qui l’envoyait à New York par le train et le paquebot, ne connaîtra jamais ni le traitement de texte, ni l’ordinateur, ni internet, ni le téléphone portable, ni les réseaux sociaux, qui révolutionneront son métier »

Une chose est certaine, Janet était une grande femme. Une femme admirable en tout point. Une personne dont la passion a dicté sa vie entière. Elle a laissé des bouts d’elle dans chacune de ses chroniques, dans chacun de ses articles. C’était une femme sans prétention dont le talent et la force de vie étaient incontestables. De New York à Paris, en passant par Rome, Berlin et de nombreuses autres villes, elle ne s’est jamais arrêtée. Toujours une histoire à raconter, un portrait à publier.

Au fil des pages, j’ai eu de plus en plus la sensation d’être elle, de vivre les événements comme elle. Je ressentais de la fatigue quand elle ne se ménageait pas, de la colère quand elle l’était elle-même, c’était comme si nous nous ressemblions beaucoup. Avec le recul, je pense que c’est le cas. Janet a toujours voulu écrire, tout comme moi, elle était libre tout en étant attachée aux femmes qu’elle aimait (trois au total au cours de sa vie), tout comme j’espère l’être. Une personne forte et qui se donne les moyens d’entreprendre ce qu’elle juge être nécessaire et bon. J’aimerais être une personne aussi admirable qu’elle l’a été au cours de sa vie. Elle était, et restera, une femme inspirante et importante. Et ce roman la dépeint à merveille !

Marie

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s