Tous les hommes désirent naturellement savoir

Lorsque je me suis rendue dans une petite librairie de mon quartier à Lyon pour acheter un ouvrage sur le thème de l’homosexualité, j’ai été surprise du peu d’ouvrages sur le sujet. Après quelques recommandations, celui-ci a retenu mon attention. Gros coup de coeur envers Nina Bouraoui !

Tous les hommes désirent naturellement savoir de Nina Bouraoui est un roman autobiographique traitant de la jeunesse de l’auteure. Une jeunesse marquée par l’acceptation difficile de son homosexualité au sein d’un milieu conservateur. Etre à la fois gay et homophobe est possible, c’est ce que nous apprend l’auteure qui s’est longtemps sentie à part vis-à-vis de cette communauté. Elle rejetait ces femmes qui s’assumaient car elle avait honte de celle qu’elle était.

« Je n’y arrive pas, je ne m’assume pas, c’est éprouvant d’être différente, même si je ne peux plus faire autrement, j’ai fait un pas, je suis fière de moi, mais j’en veux à la terre entière, je trouve cela difficile d’être homosexuelle, personne ne s’en rend compte, ne mesure ça, cette violence »

Nina Bouraoui livre ici une époque de sa vie où sa différence la maintenait à l’écart des autres. Algérienne elle a grandi à Alger puis à Paris en passant par Rennes chez ses grands-parents. Elle se confie notamment sur ses origines et sa quête d’elle-même au fil des années. La peur est très présente dans ce roman. Une peur que l’on retrouve dans ses souvenirs à Alger où la terreur grandit et au jour où sa mère s’est faite agressée dans la rue. Une agression qui a marqué Nina Bouraoui et qui permet de comprendre une possible origine à son combat interne.

On entre alors dans son intimité. Celle-ci nous percute et résonne en nous, faisant écho à notre vécu. Ses nuits passées au Katmandou, club réservée aux femmes à Paris, lui donne à vivre et découvrir cette orientation sexuelle avec laquelle elle est pourtant en conflit. Face à cette intimité, ses mots sont forts et enivrants. J’ai bu ses paroles et ses sentiments, vécu ses doutes et ses blessures. Son homosexualité difficile à assumer, sa violence enfouie et ses mots touchants ; voilà les points forts que j’ai relevé tout au long de ce roman. Tous les hommes désirent naturellement savoir ce qu’il y a dans notre tête, ce que l’on ressent et désire. L’homosexualité est une partie de notre identité, assumée ou non elle importe, e l’auteure le signifie d’une manière très juste. Elle qui l’a longtemps rejeté par honte et méfiance.

« La France c’est le vêtement que je porte, l’Algérie c’est ma peau livrée au soleil et aux tempêtes. »

A travers son récit personnel mais pourtant universel, on oscille entre ses souvenirs d’enfance en Algérie et la découverte de ses pulsions dans le milieu de la nuit à Paris. On entre dans une véritable quête de soi, une quête d’identité qui mérite d’être mise dans bien des mains dans le besoin. Elle nous rappelle à tous combien il est complexe de se trouver, de s’assumer et de s’aimer.

Marie

Un commentaire sur “Tous les hommes désirent naturellement savoir

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s