Relation (complexe) avec son corps : on en parle ?

©Just a Bit of Positive

Il y a deux ans, j’ai eu besoin de parler d’autres choses que des livres et de culture en général. J’ai alors commencé à partager des articles davantage tournés vers le développement personnel comprenant des réflexions telles que ma vision du mot « perfection« . Alors aujourd’hui, parlons de notre corps.

Je me suis toujours dit que notre corps ne nous définit pas. On peut être grand, petit, avec des formes ou sans, peu importe notre aspect physique, ce qui nous caractérise est plus profond que cela. Avec le temps, cette pensée a évolué. Notre caractéristique physique ne nous définit pas complètement, mais reste une part de nous, de notre identité.

Personnellement, s’il y a bien une chose avec laquelle j’ai du mal depuis de nombreuses années maintenant, c’est de voir mon corps changer, évoluer. Cette transformation joue alors un grand rôle dans ma confiance et ma relation avec moi-même. Sans acceptation de ce corps, une part de cette identité, de cette confiance, s’envole et est faussée.

Il y a deux ans, après une grosse claque émotionnelle je me suis mise à fond dans le sport. Tous les matins, je mettais mon réveil 1h avant l’heure habituelle et je faisais des abdos, du stepper, du yoga et d’autres exercices physiques, cela dépendait des jours. Pendant une heure je bougeais dans le but de me défouler mais aussi pour perdre du poids, m’accepter. Ça a marché. Je ne m’étais jamais sentie aussi bien dans mon corps, et pourtant, j’étais devenue « trop » maigre. Le malheur que je ressentais n’avait pas été comblé par tous ces matins à bouger et ses kilos perdus. Aujourd’hui, la situation est tout autre.

Désormais, je suis incapable de me lever une heure plus tôt tous les matins dans le but de me défouler. J’en ai grand besoin pourtant, mais mentalement ça bloque. Avec le temps, je me suis rendu compte que cette routine était devenue toxique et malsaine pour moi. J’avais toujours envie d’en faire plus, et me poser plein de questions. Puis, lorsque je mangeais un peu plus que d’habitude, je le regrettais et faisais plus d’abdos. Un cercle vicieux qui ne pouvait pas être bénéfique. Autant mentalement que physiquement.

Chacun est libre de faire ce qu’il veut avec son corps, et sa santé, mais il y a des limites à ne pas dépasser je pense. Il est important de trouver un équilibre, celui où vous vous sentez en accord avec votre corps et votre mental. Je prends mon cas pour vous montrer que faire du sport juste par peur de grossir et s’acharner sur les exercices physiques après avoir « bien mangé » n’est pas la solution. Personnellement, tout cela ne m’a pas permis d’avoir un équilibre aujourd’hui. Je suis constamment auto-critique envers moi-même et flippe dès que je dois monter sur une balance.

C’est une réalité que j’ai apprise à accepter. Celle que j’ai plus de mal à accepter c’est ce que la société nous montre tous les jours : des femmes minces, sans cellulites, des corps dits « dans la norme ». On apprend très jeune que ces mannequins mangent « sains », font du sport, et ont une vie des plus belles. La réalité en est tout autre. Cet exemple que l’on nous a toujours montré n’est, et ne doit pas, devenir la cause des problèmes avec notre corps. Nous sommes tous(tes) différent(e)s, avec des morphologies qui nous appartiennent, et qui sont tout aussi belles que celles des autres. La comparaison n’apporte pas toujours du positif, notamment dans ce cas-là, elle se retrouve plus néfaste qu’autre chose.

Si j’écris cet article ce n’est sûrement pas pour me plaindre de mon cas, j’apprends à dealer avec et c’est mon problème que je saurai régler avec le temps, c’est pour que vous preniez conscience de la chance que vous avez d’être qui vous êtes. Votre corps vous définit, ou ne vous définit pas selon vos croyances, mais il reste le vôtre et surtout il est unique ! S’acharner sur lui n’est pas sain, nous devons apprendre à l’aimer tel qu’il est, en prendre soin tous les jours.

Alors, si j’ai un conseil à vous donner : quand vous sentez que vous avez besoin de vous rappeler combien il est beau et fort, écrivez-lui une lettre ou un mot avec un message positif et rempli d’amour, puis collez la feuille dans un endroit où vous pourrez la voir et la lire chaque jour. Croyez-moi, cela vous fera beaucoup de bien. C’est un début. Notre corps est notre maison, nous devons l’aimer et l’accepter. Ne l’oubliez pas.

Marie

Par Marie

21 ans- étudiante, souriante et pleine de vie, je suis toujours accompagnée d'un crayon pour noter mes pensées, mais également d'un livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s