J’ai un tel désir, Françoise Cloarec

Avec « J’ai un tel désir », Françoise Cloarec met en lumière une histoire d’amour saphique au travers de deux destins croisés. De l’enfance jusqu’à l’âge mûr, nous les suivons chacune et découvrons l’ambiance artistique de l’époque.

Marie Laurencin et Nicolas Groulx étaient deux femmes en avance sur leur temps. L’une est artiste peintre et l’autre couturière renommée. Deux femmes libres qui nous offrent les prémisses de ce que sera plus tard appelé le féminisme.

Marie par sa liaison avec Guillaume Apollinaire rencontrera la bande à Picasso, Picabia, les Delaunay, et tant d’autres personnages importants. Il l’intégrera à des cercles très privés de l’époque. On se retrouve alors à Paris au cœur de la Belle Époque entouré(e)s des plus grands, et c’est un véritable voyage. Bien que solitaire, Marie connaissait beaucoup de monde mais vivait constamment dans son monde intérieur. Elle se cherchait et se testait constamment.

« Libre de ses choix amoureux ou artistiques, elle n’imite personne, tient à sa place, avec la difficulté d’être une femme et artiste dans un milieu d’homme »

La plume de Françoise Cloarec est douce et poétique. Elle nous permet de nous imprégner de l’époque grâce à de petits détails réalistes et intimistes. C’était une lecture passionnante !

Marie

Par Marie

21 ans- étudiante, souriante et pleine de vie, je suis toujours accompagnée d'un crayon pour noter mes pensées, mais également d'un livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s