La couleur pourpre, Alice Walker

La couleur pourpre est devenu au fil du temps un classique parmi les romans dénonçant l’oppression raciale et sexuelle dont furent victimes les femmes noires. Publié aux éditions Robert Laffont dans la collection Pavillons poche ce bijou mérite d’être lu par le plus grand nombre.

Dans ce roman épistolaire, nous suivons l’histoire de deux soeurs, Celie et Nettie. Séparées à l’adolescence, toutes deux connaissent des chemins bien différents. Celie, l’ainée, se retrouve mariée à Mr…, un homme violent ayant déjà trois enfants. Nettie, elle, part en tant que missionnaire en Afrique. Tandis que Nettie lui écrit, Celie ne reçoit jamais ses lettres car son mari les lui cache. Alors, elle écrit à Dieu ignorant l’adresse de sa soeur. Femme soumise, elle n’a connu que violence de la part des hommes et pense même que c’est la normalité. C’est grâce à deux autres femmes qu’elle reprendra espoir et découvrira un autre aspect de la vie.

Tout le monde apprend quelque chose de la vie

Cette phrase résume assez bien le roman. Les personnages se retrouvent tous grandis et changés entre les premières et dernières pages. Ils ont vécu, aimé, été blessé et même souillé, mais ils avancent coûte que coûte. Chacun ayant sa part de vécu.

Au fur et à mesure, nous assistons à l’évolution de Celie, passant d’une femme soumise à épanouie. Elle se découvre et s’affirme, et c’est magnifique à suivre ! Tous les personnages sont attachants et nous embarquent dans leurs aventures et réussites.

 – Celie, dis-moi franchement, tu as trouvé Dieu à l’église, toi ?

– Moi jamais. J’y ai trouvé qu’un tas de gens qui espéraient le voir. Tout ce que j’ai senti de divin à l’église, c’est moi qui l’ai amené. Et à mon idée, c’est pareil pour tout le monde. Les gens viennent là pour mettre ensemble leurs petits morceaux de bon Dieu, comme dans un puzzle tu sais ; mais pas pour le trouver.

La fresque familiale dressée par Alice Walker dans l’Amérique des années 30 est bouleversante et saisissante. Elle met en évidence le combat des femmes pour l’égalité et l’indépendance à une époque où l’esclavage vient tout juste d’être aboli mais où la ségrégation perdure. Ce livre est important à lire selon moi.

Marie

Par Marie

21 ans- étudiante, souriante et pleine de vie, je suis toujours accompagnée d'un crayon pour noter mes pensées, mais également d'un livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s