Une vie comme les autres, Hanya Yanagihara

Ce livre m’a fait oublier toutes les fois où j’ai pu dire d’une lecture qu’elle m’avait touché, il a balayé tout ce que j’avais pu ressentir jusqu’à présent. Je vais vous dire pourquoi.

Une vie comme les autres, ou plutôt une vie pas comme les autres. Ce roman est à la fois porteur d’espoir et de dégout envers l’être humain. Je n’avais encore jamais rien lu de tel, aussi violent et beau à la fois. Un roman qui peut nous retourner l’estomac et nous mettre dans tous nos états.

Nous suivons sur de nombreuses années quatre amis de fac venus à New York. Il y a Willem, l’acteur de la bande beau comme un dieu et le plus fidèle des amis que l’on puisse avoir, JB, l’artiste peintre au talent indéfectible qui n’hésite pourtant pas à profiter des gens qu’il aime pour réussir, Malcolm, l’architecte qui a du mal à prendre son envol dans la vie, et puis il y a Jude, le plus mystérieux d’entre eux. Brillant avocat, on sait peu, voire rien, de lui mais une chose est certaine il a un passé peu commun, bien au contraire.

En vieillissant, il se met de plus en plus à songer à son existence comme une série de rétrospectives, jaugeant chaque saison qui passe comme s’il s’agissait d’un millésime, divisant les années qu’il vient de vivre en ères historiques : Les Années d’ambition. Les Années d’insécurité. Les Années de gloire. Les Années de désillusion. Les Années d’espoir.

Jude m’a touché, au plus profond de mon être, il m’a rappelé de vieux démons d’adolescence qui ne nous quittent jamais vraiment complètement. L’impression de ne pas mériter d’amour, d’être moins que les autres et que les belles choses ne nous concernent pas. Jude c’est celui qu’on a envie de protéger, d’aimer. Celui qui a enduré ce qu’aucun être humain ne mérite de vivre et qui se bat chaque jour contre ce passé. Face à lui, on retrouve Willem l’ami pour lequel on ne peut qu’être reconnaissant, qu’on aime passionnément. Celui qu’on chérit et garde précieusement. Et puis, il y a Andy, Harold et Julia, Malcom et JB, Richard et tous les autres. Tous les personnages font de cette histoire, de cette fresque, une entité à part entière.

Cette lecture m’a montré la face obscure de l’Homme mais aussi sa plus belle. Une humanité avide et frêle opposée à une touchante humanité. Une vie comme les autres est dure, très dure, elle n’épargne personne. Pourtant, je ne la regretterai jamais, ne l’oublierai jamais. Elle ne peut l’être. Une fois lue, elle reste vivre en vous, elle continue sa route avec vous.

P.S : Je ne le conseille absolument pas aux personnes dépressives et très fragiles. Dans ce roman, on retrouve : viol, violence sexuelle, violence physique et psychologique, pédophilie, suicide et automutilation. Il n’est absolument pas à mettre dans toutes les mains.

Marie

Par Marie

21 ans- étudiante, souriante et pleine de vie, je suis toujours accompagnée d'un crayon pour noter mes pensées, mais également d'un livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s