Le génie lesbien, Alice Coffin

Dans le cadre du Readathon LGBTQUIA+ lancée sur Instagram, je voulais absolument découvrir cet essai de la journaliste Alice Coffin. Maintenant que je l’ai terminé et adoré, il est temps de vous en parler.

Alice Coffin est une journaliste militante féministe et lesbienne. Une belle panoplie à son arc ! En plus, d’être tout cela, c’est une femme inspirante qui lutte chaque jour contre le cyberharcèlement et qui doit constamment être sous protection policière.

« L’actualité n’existe pas en soi. Elle est la somme de ce que les journalistes valident. Labellisent. « Toi t’es une info, toi t’es pas une info. » Ne pas enquêter sur la façon dont ils créent cette information, c’est passer à côté de l’actualité elle-même. »

Certaines personnes n’ont pas aimé cet essai car trop « anti-homme ». Alice Coffin n’a pas « été traumatisée » durant son enfance comme certains peuvent le penser, elle n’a pas manqué d’un père ni de présence masculine dans sa vie. Elle dénonce seulement la société patriarcale dans laquelle on vit chaque jour. Un système conforté et renforcé par les médias français.

« Ceci est le livre de combat d’une femme qui a été aimée, respectée, valorisée par des hommes depuis sa petite enfance. Je n’ai d’autres traumatismes à livrer que celui induit par le spectacle quotidien du comportement des hommes. »

L’autrice relate des faits, des données, des témoignages. Elle ne se contente pas de fournir des informations, elle argumente et nous prouve ce qu’elle dit. C’est très bien documenté et très parlant. Quand on voit la sous-représentation des minorités dans la culture, la difficulté à voir et écrire le mot « lesbienne » pour les médias et l’inégalité des femmes dans le milieu professionnel et public, il y a de quoi prendre peur.

Avec Le génie lesbien, Alice Coffin m’a ouvert les yeux et emmené à la réflexion sur des questions que je me posais peu jusqu’à maintenant car je n’y faisais pas assez attention. C’est un texte militant fort pour le féminisme et le lesbianisme. Un texte sur lequel on s’arrête, on prend des notes et on y pense encore des semaines, et mois, plus tard.

Ne pensez pas qu’il faut être une lesbienne pour lire ce livre, au contraire, il faut le mettre dans toutes les mains car il est nécessaire.

Marie

Par Marie

21 ans- étudiante, souriante et pleine de vie, je suis toujours accompagnée d'un crayon pour noter mes pensées, mais également d'un livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s