La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon

Quel voyage ! Cette rencontre avec Nadia Comaneci ne m’a pas laissé indifférente du tout. Entre la Roumanie de Ceausescu, les JO de Montréal, Bucarest et Onesti, tout est si bien décrit que l’on s’y croirait presque.

Nadia n’a jamais été libre. Telle est la réflexion que je me suis faite au fil de ma lecture. Elle n’est pas libre d’être celle qu’elle veut, elle n’est pas libre de se rendre où elle veut, de grossir sans être montrer du doigt, de s’émanciper sans être rabaissée dans les médias. Elle n’a clairement pas eu une vie des plus faciles. Après sa victoire au JO de Montréal, son 10/10 (le premier de l’histoire), elle est devenue un mythe planétaire. Seulement la petite de 14 ans grandit tout comme les autres enfants, ce qui ne sera pas accepté par ses supporters.

« La seule façon d’éviter les malentendus, les interprétations, me dit-elle, c’est de ne prononcer aucun mot qui puisse être déformé. Alors je me taisais. Beaucoup. »

Après avoir vu le documentaire révélant le scandale autour de Larry Nassar et des pratiques dans le monde de la gym, j’avais très envie d’en apprendre davantage sur ce monde là et notamment par le spectre d’une des plus grandes championnes. Ici, Lola Lafon romance l’histoire de « la petite communiste qui ne souriait jamais » en imaginant un dialogue entre la narratrice et la gymnaste, entre l’athlète et celle qui lui rend hommage. L’originalité du format de la narration m’a un peu déstabilisée au commencement puis les pages se sont tournées seules et je ne voulais plus quitter Nadia. Comme si j’était attirée par celle-ci.

Tout au long du récit on peut lire des critiques émises envers le monde occidental et nos manières de vivre. Elles m’ont beaucoup parlé et questionné telle que cette phrase « dite » par Nadia par exemple : « Je n’arrive pas à comprendre comment les gens, aujourd’hui, peuvent souhaiter être localisés en permanence avec leur i-phone. ». C’est criant de vérité surtout quand on voit la réalité en Roumanie à la même période… À lire !

Marie

Par Marie

21 ans- étudiante, souriante et pleine de vie, je suis toujours accompagnée d'un crayon pour noter mes pensées, mais également d'un livre.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s